Introduction
 

L'emploi de la médecine homéopathique est attesté dans 80 pays à travers le monde, principalement en Europe, en Amérique du Sud, en Inde, au Bengladesh et au Pakistan.

Il se trouve pourtant que très peu de pays européens autorisent le remboursement des médicaments homéopathiques. En effet, c'est le cas de la France , de la Belgique et du Royaume-Uni seulement.

 

D'ailleurs, il faut remarquer que la France représente 80% du marché homéopathique, grâce à son leader mondial dans ce domaine : les laboratoires Boiron. De plus, d'après des sondages IPSOS, 40% des Français utiliseraient l'homéopathie.

Malgré cet apparent engouement des Français pour l'homéopathie, en décembre 2003, son remboursement passe de 65% à 35%. Une pétition de soutien à l'homéopathie a alors recueillie 680000 signatures.

Le 07 septembre 2004, l'Académie de médecine publie un texte pour le déremboursement des médicaments homéopathiques. Dans le contexte de la réforme de l'Assurance Maladie, où l'on décide de ne plus rembourser de nombreux médicaments, les membres de l'Académie jugent normal de dérembourser les médicaments homéopathiques, qui ne répondent pas à la définition du médicament.

Au texte de l'Académie de Médecine, Philipe Douste-Blasy répond en Septembre 2004 que les médicaments homéopathiques resteront remboursés. En effet, il estime d'une part qu'ils ne coûtent que très peu à la Sécurité Sociale et d'autre part que beaucoup de Français les utilisent. Ses arguments sont-ils valables ou veut-il protéger l'entreprise française Boiron, leader mondial de l'homéopathie ?

Enfin, en 2006, Xavier Bertrand a annoncé poursuivre la politique de déremboursement des médicaments pour combler la dette de l'Assurance Maladie, ceci concernera-t-il les médicaments homéopathiques?

 

voir la Bibliographie - contacter la coordinatrice de projet, le webmaster